Questions vitales

belle rizière à convertir en agriculture naturelle

belle rizière à convertir en agriculture naturelle

Quand je me trouve en bonne compagnie, ce qui arrive souvent, il est rare que les conversations aillent au-delà de la politique maussade et du temps médiocre qui règnent en France.

Nous n’abordons jamais les sujets qui demandent réflexion.

Un parfum exquis embaumait la place de la mairie un après-midi de marché dans ma petite ville de province et je me suis souvenu du fait que la justice fût autrefois rendue sous un tilleul, car cet arbre calmait les esprits. Or, combien des 60 millions de mes concitoyens ont connu cette odeur ?  Voilà une vraie question, plus importante à mes yeux que le déficit budgétaire qui est du ressort des politiques, ou la météo que nous subissons.

Les fleurs sentent bon certes, mais rappelons-nous des parfums des feuilles, des écorces, du bois coupé. Passer sous un figuier nous transporte tout de suite en vacances.  Des châtaignes bouillies avec deux feuilles de figuier pour parfumer leur eau de cuisson, des feuilles de pêcher pour fabriquer son vin de pêche, les senteurs de la forêt landaise perceptibles depuis l’autoroute atlantique, les genêts de l’autoroute méditerranéenne,  le buis et son odeur… je peux continuer, mais vous avez compris mon propos. Il y a des choses plus importantes dans la vie que le CAC40  ou une cote de popularité.

Tous ces ennuis qui nous pèsent, comme le taux du chômage, le pouvoir d’achat en hausse ou en baisse, les loyers et l’immobilier, ont été générés par nous-mêmes. Ce ne sont pas ces questions qui sont essentielles , par contre elles nous cachent l’essentiel. C’est le revers de la médaille qui accapare nos esprits alors que nous devrions plutôt regarder sa face. Il ne devrait pas exister de chômage ni de crise économique, il devrait exister un monde où tout le monde pourrait vivre sans manquer de nourriture ni d’abri. Je vois hélas des personnes qui ont dix villas et d’autres qui dorment dans une boîte en carton.

Dans un monde idéal, il suffirait de manger et de dormir.  La vie moderne m’oblige à me demander de surcroît si  ma nourriture est saine et si mon logement n’a pas d’émanations invisibles qui m’empoisonnent à chaque respiration. Je déplore le fait que par habitude cet état de choses anormal est tacitement reconnu comme étant normal.  Ce n’est ni normal ni irréversible.

Non je ne suis pas dans la poésie, je suis dans le cœur et l’essence de la vie. L’hiver approche et les pubs pour des médicaments contre les rhumes pullulent. Cela semble bienveillant, mais en réalité c’est pour faire croire que tout va bien. On met un médecin dans l’avion. Je cite Hippocrate qui prône que votre nourriture soit votre remède et votre remède votre nourriture. Or, ces pubs nous font oublier  les méthodes douteuses employées pour nous fournir une nourriture abondante. Elles magnifient les efforts de recherche de remèdes pour guérir  les maux liés à notre mauvaise alimentation. Nous mangeons de plus en plus, mais ne semblons pas jouir d’une meilleure santé .

Que faire pour inverser la tendance ? À chacun ses astuces. Pour ma part, ma famille fait attention à ce qui est servi  à table. Nous plantons un potager qui nous nourrit tout l’été durant. Quelle chance d’avoir un lopin de terre.  Il nous permet d’élever de la volaille en liberté. Nos génoises et flans sont bien jaunes, merci aux bons œufs.

Je passe beaucoup de temps à la lecture et à la réflexion. C’est un luxe et je le prends. Il est clair dans ma tête que la seule façon de nourrir durablement et efficacement les hommes passe par l’agriculture naturelle. Nos têtes pensantes diplômées des grandes écoles pourraient et devraient s’y pencher.

Encore faut-il savoir de quoi il s’agît. Qu’est-ce que l’agriculture naturelle ?  Pourquoi et en quoi est-elle l’opposée de l’agriculture conventionnelle et même de l’agriculture bio ?

Au  lieu de s’adonner à des disputes publiques incessantes, de caresser dans le bon sens du poil des financiers et des distributeurs d’argent en tout genre, nos dirigeants, affranchis de tout ces liens,  pourraient enfin se pencher librement sur notre avenir nutritionnel et sanitaire.

Bonne journée à tous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s